logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

02/09/2009

Marocco... en prison

Quelques cas personnalisés qui, souvent, pourraient être généralisés…

Maroco

Voilà un cas dont je ressens une certaine déception.

C’est un gars de 24 ans, qui était dans mon unité. Il était français par naturalisation, mais en fait, il est marocain d’origine, et donc de la 2ème génération, mais il subissait (ou acceptait) les coutumes de ses origines.

Quand j’ai dit qu’il m’a déçu, c’est parce qu’il nous a quitté libéré, nous avions convenu qu’il m’écrirait, je lui ai écrit, il ne m’a pas répondu. Je m’étais engagé à l’aider si nécessaire, et il n’a pas souhaité, semble-t-il, renouer, et donc mon aide.

Et pourtant, nous nous entendions bien, me semble-t-il. Nous avons beaucoup discuté, partagé. Je ne lui ai jamais rien demandé, mais nous échangions nos services mutuels. Certains autres disaient que j’étais son « daron », ce qui veut dire dans je ne sais quel jargon « père »… Vous voyez que notre entente semblait « parfaite »… et très amicale…

C’est avec lui que j’ai passé Noël et le Nouvel An (le repas) : seul moment où il était possible de partager un repas avec un autre détenu (en cellule).

Il était bien sûr d’origine musulmane et, comme beaucoup, plus ou moins pratiquant (sans porc, ramadan, etc…, mais pas prière, à ce qu’il me semble).

Grâce à lui, j’ai compris un peu mieux l’influence des ascendants sur cette 2ième génération.

En fait, il n’était pas mauvais et s’il a dérapé (falsification de papiers, chèques volés et trafiqués, conduite sans permis (il se l’était fait retiré) et sans assurance, alcool au volant, quelques vols), je pense que c’était un besoin de s’affirmer vis à vis de sa famille très conservatrice, très protectionniste, et à 18-20 ans, c’est quelque peu inacceptable et pour affirmer son indépendance, il a commis ses délits.

Il est bien clair, pour moi, qu’il regrettait ce qui l’avait amené en prison, mais ce qui était fait, était fait et il fallait assumer.

Ses rapports avec sa famille existaient, mais c’était assez distant. En 15 mois que je l’ai côtoyé, il a, peut-être, eu parloir 2 fois. Il m’a prétendu que son père travaillait souvent les week-ends, un autre jour, il me disait que son père travaillait dans une usine de filature… le week-end ? … à mon avis, non… Bref, il leur téléphonait rarement. Il était l’aîné ou le second d’une famille de 3 ou 4 enfants. Il me parlait d’un frère plus jeune. Il téléphonait, en fait, plus à sa sœur qu’à ses parents. D’ailleurs sa date de sortie, sa sœur l’a connue avant ses parents… ! Il n’a pas voulu que sa famille vienne le chercher… à sa sortie…

Au niveau réinsertion, il fit ce qui était nécessaire. Il est vrai qu’il avait de réelles difficultés, aussi bien en français qu’en maths.

En français, c’est relativement fréquent et compréhensible.

En maths, c’est plus rare et surprenant, en général, tout le monde sait à peu près « compter »… Mais lui, non, et je m’en suis rendu compte très vite. Même pour ses cantines, il avait beaucoup de mal à calculer ce qu’il dépensait et souvent, il se faisait avoir, commander plus qu’il ne pouvait payer. Les tables de multiplication lui étaient inconnues… ! J’ai essayé de les lui apprendre… en vain… ou presque. A ce jour, il ne doit plus se souvenir d’aucune…

Il a pourtant suivi, avec succès, une formation en « Nettoyage industriel », trois niveaux. La pratique ne posa aucun problème, bien au contraire. Pour le 3ième niveau (chef d’équipe), ils ne lui ont pas donné à cause de la théorie. Ce type d’activité lui plaisait bien, c’est lui qui m’a servi de base pour le texte – interview « Je nettoies », mais j’y ai rajouté beaucoup d’éléments qui n’étaient pas lui… (paru dans le journal interne du Centre de détention et dans « 1019 jours de détention… ou la vie en prison, vue du dedans, comme si vous y étiez… » de Clémence et Paul Denis, et repris ci-après).

Bref, je m’étais un peu attaché à lui et je voulais l’aider. Peut-être mille fois, je lui ai proposé de l’aider à travailler ses cours, ne serait-ce qu’un quart d’heure par jour… En vain, on a essayé, avec beaucoup, mais vraiment beaucoup de mal, j’ai (peut-être) réussi, momentanément à lui faire apprendre quelques bases. Moi, sans l’apprendre, rien qu’à le lire et à lui faire répéter, je le savais par cœur, mais lui, au bout de dix ou vingt reprises… quand cela semblait acquis… et que le lendemain ou surlendemain, on reprenait, il fallait de nouveau, reprendre, et encore reprendre. Je n’avais jamais vu cela, je n’imaginais même pas que c’était possible.

Et ceci était d’autant surprenant qu’il semblait d’une intelligence moyenne et qu’il avait de la conversation…

Nous avons beaucoup discuté… Je l’ai beaucoup interrogé sur son style de vie à la maison, sur leurs traditions.

Pour moi, il est clair qu’il avait subi cette pression familiale « protectionniste ». Mais pour lui, s’opposer à ses parents semblait quasi « mission impossible » ou pour le moins, très difficile.

Il m’a dit avoir une copine, de surcroît française, mais j’en doute…

Il redoutait son retour en famille. Il craignait que, vu son âge, ses parents, son père allait essayer de le marier au pays. Ce qu’il ne souhaitait pas… mais je crains fort que ce sera pas lui qui aura le dernier mot, et si c’est lui, (ce que je lui souhaite), il y aurait rupture définitive avec sa famille…au moins pour un certain temps.

Nous en avons parlé plusieurs fois de ces mariages « arrangés »… et, pour lui qui avait toujours vécu en France, c’était difficile à accepter. Cependant je ne serai pas surpris qu’il épouse une jeune fille d’origine marocaine, mais française… Un compromis, en quelque sorte… Lorsqu’il parlait de sa sortie, il prévoyait d’aller au pays, passer quelques vacances, chez des cousins. Ces vacances « familiales » sont souvent une expédition… tout le monde part… L’a-t-il fait, l’a-t-il subi, en reviendra-t-il marié… ?

Nous avons aussi échangé, souvent, nos points de vue sur leurs traditions familiales, religieuses, leurs coutumes de vie, leurs relations avec la religion, le rôle de la femme et l’importance des rapports femme/homme, la circoncision, leurs habitudes alimentaires, les repas en commun (du pourquoi, du comment, des avantages et des inconvénients).

J’ai appris beaucoup par lui, et même, peut-être plus qu’avec mes amis turcs de longue date, que pourtant, je connais bien.

Pour son avenir, pour le soustraire à cette tutelle familiale (obsessionnelle pour lui, à ce qu’il m’a semblé, et je le comprends), c’était sa hantise…, j’étais prêt (je suis prêt) à l’aider, à m’investir pour lui trouver travail, hébergement, etc… mais encore faut-il qu’il le veule.

-------------------------------------------------------

A travers : « 1019 jours de détention… ou la vie en prison, vue du dedans, comme si vous y étiez… » (index des notes sur la journée du 7 janvier)

Clémence et Paul Denis tentent de vous faire vivre le quotidien d’un détenu « moyen », pas inculte, mais pas VIP, non plus (vous avez l’intégral de ce bouquin, complété par vos questions / remarques et mes réponses…).

Nota : Sur la journée du 14 janvier, vous trouverez un lexique des mots qui méritent une explication et/ou un commentaire…

……..

Ma Prison… ou quelques questions qui fâchent…  et des solutions proposées…

A travers ces pages, Paul Denis poursuit sa réflexion, il ne se considère plus comme un détenu, mais comme un observateur qui très souvent est devenu un confident.

Vous trouverez, sur la journée du 17 mai les dates de parution de mes articles…

……

Les bouquins de Paul DENYS n’ont pas encore trouvé d’éditeur.

Si vous désirez avoir leur version papier, vous pouvez acquérir (l’un ou l’autre ou les deux) en envoyant, par volume, un chèque de 17 € (frais d’envoi compris) à Ligue des Droits de l’Homme (LDH 57), 3 rue Gambetta à 57000 METZ. Pour 10 €, je peux vous l’envoyer par e-mail (150 pages A4 ou 220 pages A4).


Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique