logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

25/03/2009

La TV... en prison

La « TV », et, les nuisances sonores, en prison :

Son arrivée est relativement récente, dans les années 85. En général, la gestion du parc de postes est assurée par l’association socio-culturelle qui existe dans chaque prison.
Le détenu qui souhaite avoir la TV, doit la « louer » relativement cher : 32 à 40 €, selon les lieux. Dans ce prix sont inclus les abonnements à des chaînes payantes telles que Canal +, Ciné-Cinémas, Eurosport, … Ici, les indigents (ceux qui n’ont pas de moyen de la louer – pas de mandat – pas de travail) sont susceptibles d’avoir « gratuitement », les chaînes françaises et le canal interne qui reprend certains films, en plus de diffuser des informations internes.
En cas de détérioration « volontaire », on fait « payer » le poste à l’auteur des dégâts… ce qui me semble logique.
Je dois dire que la TV est devenue un « organe » indispensable à la quasi totalité des détenus. Pour ma part, elle est allumée du matin jusqu’au soir, même quand je suis absent, et même la nuit quand j’écris… Quand je retourne en cellule, l’entendre dès mon arrivée, me fait une présence… Dire que je l’écoute (regarde) en permanence ne serait pas juste. Mais, elle est là en bruit (léger) de fond…
Chacun y trouve ou n’y trouve pas ce qu’il en attend.
Pour moi, c’est une ouverture sur l’extérieur, le moyen de ne pas « rester dans l’ignorance » de ce qui se passe « dehors » et je privilégie les infos, dès le lever, à midi et le soir. Souvent, c’est FR3 qui me donne des nouvelles locales.

En général, passant d’une chaîne à l’autre, il n’est pas rare de « voir » plusieurs fois les mêmes images, parfois commentées différemment… !
A cela, je rajoute, de préférence, les films et certaines séries. N’étant pas fan de variétés et de reality-shows, je n’y vais que par zapping (pour ne pas mourir idiot).
Il faut avouer que malgré le nombre de chaînes (13, ici – 16 à Metz), il est parfois difficile de trouver quelque chose d’intéressant (d’inédit), et ce d’autant plus que les films passent d’une chaîne à l’autre, et sont repris sur chaque chaîne (payante) plusieurs fois… !
Mais le but du présent est de te parler de l’importance de la TV pour certains détenus.
D’emblée, je te dirai qu’ils n’ont pas, pour une très large majorité, les mêmes choix que les miens.
Ce qui est le plus regardé, entendu, je ne dirai pas « écouté », c’est MTV Trace (chaîne musicale à 100 %, plutôt hard et dans le vent), Eurosport, pour les matches de foot, M6 (musique, flash d’infos très court, séries), tout ce qui est reality-show (Star Academy, Co-locataires, bref, il y en a un presque chaque jour… !)
La 5 a ses adeptes (très peu), mais nous n’avons pas ici, le relais ARTE, en soirée, et beaucoup (peu) et moi, nous le regrettons, car il est vrai que l’on passe à côté de quelques bonnes soirées à thème.
Donc la TV est devenue pour la quasi totalité des détenus, un élément indispensable à la vie carcérale (il est vrai qu’ils sont nés « dedans », ce qui n’est pas le cas de ceux de ma génération…).
Je sais que certains « dehors » pensent que sa présence en prison est scandaleuse « Ils ont même la TV… ».

Elle est devenue tellement indispensable que son retrait, au mitard (cachot) est ressenti comme une « vraie » peine, plus que l’isolement et l’inconfort matériel.
Entre nous, on parle rarement du contenu de la TV et des programmes vus. On y fait parfois référence, mais sans plus. Ce n’est pas un sujet de polémique »…
Mais il est vrai que ce que la majorité y recherche, c’est des variétés, de la distraction, des fictions d’un goût plus ou moins douteux.
Mais pour être honnête, avec le nombre de chaînes et donc la variété des choix…, y compris les chaînes payantes (payées) : Canal + et Ciné-Cinémas, il est possible de satisfaire la majorité des souhaits individuels (qui ne vont pas du côté de la culture…).
La TV a, ici, une alliée : la « Playstation » (qu’il est possible de « cantiner : 200 € environ) qui permet de « jouer » aux jeux vidéo, mais aussi, pour les nouvelles générations de consoles, de regarder des films en DVD.
Aussi, certains (une bonne majorité de « jeunes ») ont déjà vu les films récents (donc, avant la TV).
Il est possible, en théorie, de faire rentrer 5 DVD (et d’en faire sortir, autant), par semaine, au parloir.
Et avec un système d’échange bien organisé (pour cela, on peut leur faire confiance), cela fonctionne très bien… et toutes les nouveautés sont « parmi nous »…
Un deuxième équipement quasi généralisé est le combi radio-CD-K7 et il tient une place importante dans la vie d’un détenu.
Je me souviens t’avoir dit que j’avais été « agréablement » surpris par le calme retrouvé, ici.
En fait, à ce jour, je pense que j’ai apprécié cette non-nuisance, parce qu’à Metz, j’étais vraiment saturé.

Les interpellations y étaient permanentes et surtout la nuit, la musique « boum-boum » aussi, avec un sur-volume en soirée et en nuit, amplifiée par le calme et la non-activité de tout le monde.
Ici, cette nuisance, en réalité, existe aussi, et à la limite, elle est parfois plus gênante, parfois moins.
Tout d’abord, une précision technique :
A Metz, l’achat d’un poste « très puissant » n’était pas possible, et si un détenu arrivait, lors d’un transfert, avec un tel poste, celui-ci était retenu à la fouille. Ici, le choix semble plus vaste et certains ont vraiment des « monuments ».
Le vrai problème, aussi bien à Metz qu’ici, c’est que les murs sont en béton coulé, et donc, très porteurs des vibrations causées par « les basses »… !
De plus, ici, les portes sont ouvertes, ce qui veut dire que le gars, non seulement écoute « fort » sa musique, mais il sort de sa cellule et laisse sa musique, parfois porte grande ouverte…
Et puis, chacun a « sa » musique, certains étrangers ont « leur » musique. Tu peux imaginer le mélange.

A vrai dire, pour le moment, cette nuisance sonore, je l’imagine, je l’entrevois, plus que je ne la subis, en fonction de ce qui se passe pendant les week-ends, car, en journée, je suis absent de l’unité (puisque je suis en cours ou en salle informatique). Reste, l’entre-midi et les soirées. Entre-midi, à cette saison, c’est acceptable, en début de soirée 19-21 h, c’est plutôt pénible, mais on s’habitue un peu et il me faut augmenter le volume de la TV et fermer la fenêtre, c’est un peu pénible, mais bon, pas plus qu’autre chose.

Dernièrement, j’ai eu une partie de l’explication.
Comme je te l’ai déjà dit, ma cellule (ma fenêtre) se trouve à 15 m du mitard (cachot). Une partie de la peine réside dans le retrait de tout objet personnel et donc pas de TV, pas de lecteur CD.
En fait, que se passe-t-il ? Si tu as un copain au mitard, eh bien, tu fais « ta » musique pour lui aussi, d’où l’augmentation du volume pour que ce dernier puisse entendre du lieu où il se trouve…
Vous dire que cela le satisfait, je n’en suis pas persuadé, mais cela a lieu et semble leur apporter un certain réconfort… alors…
Mais ce qui, pour nous, est quand même gênant, c’est cette résonance dans les murs « béton »… et aussi, un certain « laxisme » de la part de l’administration qui laisse faire. Il est vrai que le volume est amplifié pendant l’absence de surveillants, mais lorsqu’ils font leur ronde vers 21 h, rares sont les surveillants qui font baisser le volume (mais cela arrive).
Pour être honnête, je vais conclure par une note « optimiste ».
Il faut reconnaître que la quasi-totalité des détenus sont , dirons-nous, raisonnables… c’est-à-dire que cette musique s’arrête ou se réduit d’une façon vraiment significative vers 21 h, donc au début des programmes de soirée.
Autre phénomène surprenant (dans le bon sens), c’est le silence de la nuit, à vrai dire après minuit, mais un silence surprenant, on ne croirait pas que 400 gars vivent (dorment) ici. Pas un bruit, pas de circulation sur la route qui passe derrière la prison. Le seul bruit que l’on entend est l’arrivée (le passage) des surveillants pendant leur ronde (ou plutôt le bruit des portes et serrures des grilles). Au petit matin, maintenant qu’il fait jour, on se réveille au chant des oiseaux.

Nous ne connaissions pas cela à Metz. Il y avait beaucoup d’insomniaques, ou en tout cas, beaucoup de dialogues permanents entre fenêtres, tout au long de la nuit.
Et comme il était plus facile (audible et non réprimandé) de dialoguer la nuit, ils le faisaient… et dormaient le jour…

------------------------------------------------------------------------

La TV et les nuisances sonores

Oui, le calme n’existe pas en prison, A mon avis, c’est parce qu’il y a beaucoup de mecs, ensemble+ certains qui respectent rien + le bruit des TV et des combi + les portes + les gars qui s’emmerdent et gueulent pour emmerder les autres.

D’Alex, le 16 avril 2007

-------------------------------------
Vous trouverez l’index de nos échanges/notes sur la journée du 7 janvier 2009, sur la journée du 14 janvier : un lexique vous donne quelques définitions de termes qui méritent une explication et/ou un commentaire.

Le bouquin de Paul Denis n’a pas encore trouvé d’éditeur.
Si vous n’avez pas la patience de le découvrir au fil des jours, vous pouvez l’acquérir en envoyant un chèque de 17 € (frais d’envoi compris) à La Ligue des Droits de l’Homme (Ldh 57), 3 rue Gambetta à 57000 METZ. Pour 10 €, je peux vous l’envoyer par e-mail (150 pages A4).
----------------------------------------------------

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique